Le Venezuela ordonne à ses entreprises et services administratifs d’accepter toutes les cryptomonnaies

S’il y a un pays qui est à l’avant-garde concernant les cryptomonnaies, c’est bien le Venezuela.

Le pays Sud-Américain est depuis de nombreuses années dans le collimateur des États-Unis en raison de son soutien indéfectible à Cuba et son soutien en général à l’encontre de l’empire capitaliste.

Le Bolivar, la monnaie du pays, a perdu toute sa valeur au cours des dernières années en raison d’un taux d’inflation supérieur à 1000 % par an…

Caracas ne souhaitant pas entrer dans le magma du marché des changes, a instauré un taux de change fixe. Malheureusement, il ne suffit pas de posséder les plus grandes réserves de pétrole du monde pour assurer la stabilité d’une monnaie…

Le taux de change du Bolivar sur le marché noir est complètement différent du taux de change officiel. Il est sans commune mesure. La raison étant qu’il est presque impossible d’obtenir des devises auprès du gouvernement, ce dernier étant pris à la gorge par ses créanciers internationaux. En effet, les USA interdisent à la communauté internationale d’acheter la dette du Venezuela libellée en Dollars… Les réserves de change de la banque centrale ont donc fondu comme neige au soleil, plongeant le pays dans l’hyper-inflation. Pourquoi exactement? Parce que le Venezuela ne produit pas grand chose si ce n’est du pétrole. Il est donc obligé de d’importer. Et sans devises, c’est difficile.

Le gouvernement chaviste voit donc les cryptomonnaies comme une échappatoire. Nicolas Maduros a eu l’idée d’attirer des investissements (et des Dollars plus que bienvenus) en lançant le Petro, une cryptomonnaie adossée à un certain nombre de barils de pétrole.

Nicolas Maduros a également ordonné à de nombreux services publics d’accepter toutes les cryptomonnaies et notamment le Petro (stations essences, consulats, ambassades, la compagnie aérienne nationale etc…). Oui, il vaudrait mieux que cette monnaie puisse servir à quelque chose si elle veut gagner en crédibilité. Mais en somme, cette monnaie risque de fluctuer au grès du prix du baril.

Le Venezuela n’a pas que du pétrole. Il possède aussi de larges réserves d’or dans son sol (de l’uranium, des diamants etc…). Va donc être lancée bientôt une cryptomonnaies adossée à l’or !

Il y a déjà 36 exchanges qui acceptent de coter le Petro.

Contactez-nous

Utilisez ce formulaire pour nous contacter, nous vous répondrons dans les 24 heures!

En cours d’envoi

©[2018] Cryptojournal.fr - Décryptage de la révolution Bitcoin, comment acheter du Bitcoin

Présentation de notre Equipe - Mentions légales - Avertissements sur les risques - Contactez l'équipe CryptoJournal.fr

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?