Un nouvel orage made in America couve au-dessus des cryptomonnaies

Le marché des cryptomonnaies est monté lors de la publication du communiqué du G20 qui s’est penché en début d’année sur les cryptomonnaies.

Cette hausse est incompréhensible car le G20 des gouverneurs des banques centrales des pays membres du G20 ont sorti à cette occasion leur bazooka visant à détruire les cryptomonnaies.

Ces faux monnayeurs de banquiers ont tout simplement proposé que les cryptomonnaies soient considérées comme des actifs financiers. De « cryptomonnaie » on passe à « cryptoactif »…

Le but de la manœuvre ? Taxer les cryptomonnaies comme une action de bourse sous prétexte que sa valeur a augmenté. Est-ce que l’on taxe les détenteurs d’Euros quand ce dernier s’apprécie face au Dollar ? Non, bon alors…

La perfidie des banquiers n’a pas de limite mais des voix commencent à s’élever pour permettre à certaines cryptomonnaies d’échapper à cette régulation. La firme Andreessen Horowitz a commencé à assembler un groupe d’investisseurs et d’avocats (le Venture Capital Working Group) qui sont déjà en pourparlers avec l’autorité financière US en Mars (Securities and Exchange Commission / SEC).

Quelles cryptomonnaies seraient épargnées ? Celles qui sont réellement décentralisées comme le Bitcoin, Zcash ou encore Dash. C’est en tout cas pour cela que se bat la firme auprès de la SEC.

En revanche, les cryptomonnaies centralisées ont un peu de soucis à se faire. Par décentralisée, nous voulons dire que leurs fondateurs peuvent en modifier les caractéristiques unilatéralement. Comme pour Ethereum, Cardano, IOTA ou Ripple par exemple. Vitalik Buterin (Ethereum fondateur) a par exemple récemment proposé de limiter la masse monétaire de l’Ethereum.

Définir les tokens (issus d’ICO et qui ne sont pas réellement des moyens de paiement comme peut l’être le Bitcoin) comme des actifs financiers sujets à la taxe. A la limite… Après tout, les tokens sont dans le monde de la Blockchain un peu ce que les actions de bourse sont à la vieille économie. D’ailleurs, de nombreux investisseurs peu scrupuleux parviennent à lever des sommes folles sans diluer leur capital. Ce n’est pas juste et il est grand temps que la jungle des ICOs soit régulée de ce point de vue là.

Mais taxer une cryptomonnaie totalement décentralisée dont le seul but est de servir de moyen de paiement… Là il y a un problème. C’est une attaque frontale à peine déguisée contre le Bitcoin pour défendre les intérêts de banques.

Ces dernières continuent d’ailleurs leur inlassable croisade contre les cryptomonnaies. Le gouverneur de la FED de San Francisco (bientôt gouverneur de la puissante FED de NY) a d’ailleurs déclaré hier que « les cryptomonnaies ne passent pas un test basique de ce que devrait être une monnaie ». Il a déclaré que la monnaie devait être une « réserve de valeur ». Une déclaration creuse car la valeur du papier monnaie ne dépend que de la confiance que vous placez en lui.

Le gouverneur Williams a également déclaré que la monnaie devrait être « élastique » pour supporter différentes condition économiques et financières. Traduction: Nous devons pouvoir faire marcher la planche à billet pour renflouer les banques après qu’elles aient fait éclater des bulles…

N’écoutez pas ce que les banquiers ont à dire

Tip BTC : 1Crsj83gGx7iGGNhSyYedxX7y5Jqo5gKbA

Tip ETH : 0xe7110Aee7923d42F7AbF975bAF94b962e8c8e30F

Contactez-nous

Utilisez ce formulaire pour nous contacter, nous vous répondrons dans les 24 heures!

En cours d’envoi

©[2018] Cryptojournal.fr - Décryptage de la révolution Bitcoin, comment acheter du Bitcoin

Présentation de notre Equipe - Mentions légales - Avertissements sur les risques - Contactez l'équipe CryptoJournal.fr

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?