Monnaie de singe vs cryptomonnaie

En dépit de ce que vous pourriez penser, les banques centrales ne créent pas beaucoup d’argent. La vaste majorité (95%) de l’argent en circulation dans l’économie existe via les prêts des banques privées.

Lorsque les banques privées font des prêts, elles ne font qu’inscrire des zéros sur votre compte bancaire. D’un coup de baguette magique, les banques transforment votre promesse de rembourser en argent. Presque Ex nihilo. Pourquoi je dis « presque » ?

Parce qu’il y a une autre phase du processus que la plupart des gens ne réalisent pas. Lorsqu’une banque fait un prêt, elle ne possède pas un Euro dans ses coffres pour chaque Euro prêté.

Si tel était le cas, alors chaque Euro prêté à de nouveaux clients viendrait de l’épargne d’un autre client ou bien de la banque centrale. Les banques seraient obligées d’emprunter chaque Euro à la banque centrale avant de le prêter aux ménages ainsi qu’aux entreprises.

C’est ce que l’on appelle un système « monnaie pleine » ou en anglais « full reserve » (réserve intégrale). Ce sur quoi les Suisses ont voté tout récemment mais de la mauvaise manière puisqu’ils l’ont refusé. Bref…

Ce que nous avons aujourd’hui, on appelle ça un système à réserves fractionnaires. Pourquoi ? Parce que les banques ne détiennent qu’une toute petite fraction de l’argent qu’elles prêtent. Pour 3 Euros que les banques détiennent en réserve, elles peuvent en prêter environ 100 (C’est le secret magique de la création monétaire).

Certains appellent aussi ce système « l’argent dette » parce que l’argent est toujours créé à partir d’une dette (sous la forme d’un prêt de banque).

Conséquence :

Le système est instable par nature. Le cycle de crédit a des hauts et des bas car un grain de sable suffit à ébranler tout l’édifice bancaire. Rien de plus normal si vous n’avez que 3 Euros en caisse et que vous en prêtez 100. Il suffit que seulement 3 % des clients de la banque cessent de rembourser pour que cette dernière soit techniquement en faillite.

Et je ne vous parle même pas de la façon dont les banques utilisent la titrisation pour prêter encore plus que le ratio 100/3 et surtout à n’importe qui puisqu’elles peuvent ensuite se débarasser de ces dettes sur les marchés financiers…

Les banques « too big to fail » se servent de ces crises pour nous prendre en otage et forcer les banques centrales à faire marcher la planche à billets et créer de l’inflation pour alléger le poids de la dette. Si les banques centrales n’avaient pas ouvert grand les vannes du pognon pour les banques, la crise de 2008 aurait dégénéré en une longue dépression économique.

En gros, il s’agit de faire enfler la bulle de l’endettement pour se donner du répit. Mais les dettes sont là, comme un éléphant au milieu d’un magasin de porcelaine qui grandit un peu plus chaque jour.

Il faut impérativement changer le système

Il faut que les banques se contentent d’avoir deux objectifs simples :

-Garder notre argent en sécurité. Cela signifie que l’argent que nous déposons à la banque ne soit pas utilisé pour développer un système de réserves fractionnaires. Le système adopté doit être celui d’une monnaie pleine.

-Faire des prêts pour permettre aux gens et aux entreprises d’investir. Mais cette activité doit être totalement séparée de la première si bien qu’en cas de crise économique pour x raison, les dépôts des épargnants sont en sécurité.

Malheureusement la loi protège actuellement les banques en leur autorisant de voler l’argent des épargnants en cas de crise (dont une nouvelle se déclenchera d’ici peu, inéluctablement). Cela a déjà eu lieu à Chypre…

Et les cryptomonnaies dans tout ça ?

Le système monétaire actuel reposant sur les réserves fractionnaires et des banques qui mélangent le risque des dépôts avec celui des prêts/investissements doivent être anéantis. Nous devons posséder une « monnaie pleine » émise par le ministère des finances et non pas une banque centrale indépendante au services de banquiers dont le business model est de créer de la dette pour s’enrichir toujours plus. Nous avons besoin de « compétition » (un mot cher aux libéraux…) entre les monnaies.

Naturellement, le peuple se dirigera vers des monnaies non inflationnistes comme le Bitcoin. Le Bitcoin est non inflationniste pour la bonne et simple raison qu’il n’y aura jamais plus de 21 millions. Pas de planche à billets. Les grandes banques centrales ont elles « imprimé » plus de 21 000 milliards de Dollar depuis la crise frauduleuse de 2008. Tu as bien lu. 21 000 milliards…

Notre livre sur le système est prévu pour la fin d’année. Patience.

Petit résumé de cet article en vidéo :

Tip BTC : 1Crsj83gGx7iGGNhSyYedxX7y5Jqo5gKbA

Tip ETH : 0xe7110Aee7923d42F7AbF975bAF94b962e8c8e30F

Contactez-nous

Utilisez ce formulaire pour nous contacter, nous vous répondrons dans les 24 heures!

En cours d’envoi

©[2018] Cryptojournal.fr - Décryptage de la révolution Bitcoin, comment acheter du Bitcoin

Présentation de notre Equipe - Mentions légales - Avertissements sur les risques - Contactez l'équipe CryptoJournal.fr

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?