Les îles Marshall souhaitent adopter une cryptomonnaie, le FMI menace

La république des îles Marshall n’est pas exactement un poids lourd géopolitique. Le confetti du Pacifique est si petit qu’il a préféré adopter le Dollar US comme monnaie officielle.

Néanmoins, le paradis fiscal a fait part en Février de son intention de lancer une cryptomonnaie nationale en tant que seconde monnaie officielle.

La réaction du FMI ne s’est pas faite attendre..

Le Fonds monétaire menace les îles d’être déconnectés du système financier US si elles adoptent sa cryptomonnaie.

Pour rappel, le FMI a été créé en 1945, un an après les accords de Bretton Woods, et est contrôlé par les États-Unis. En effet, les décisions les plus importantes (prêts, budget, changements de la charte, répartition des droits de vote, etc.) nécessitent de réunir 85% des voix. Les États-Unis disposant de 16,73 % des votes, jouissent d’un droit de veto de fait.

Le FMI accuse les îles Marshall de blanchiment d’argent et se sert de ce prétexte pour les inciter à abandonner leur projet de cryptomonnaie…

Les paradis fiscaux s’intéressent sans surprise aux cryptomonnaies afin d’augmenter leur opacité (pour blanchir l’argent sale en paix) et se protéger d’une éventuelle déconnexion du système financier.

Et oui, vu que les îles Marshall utilisent le Dollar, les îles ne peuvent pas faire ce qu’elles veulent car leurs transactions finiront nécessairement par être compensées via la FED de NY où le réseau SWIFT.

Nous ne prenons pas la défense des îles Marshall. Vous connaissez notre opinion à propos des cryptomonnaies « nationales » qui risquent fort de n’être qu’un moyen détourné pour faire disparaître le cash…

Alors vous imaginez ce que nous pensons d’un projet de cryptomonnaie mené par un paradis fiscal dans le but de gagner en opacité dans le but de blanchir l’argent des riches…

De quel droit le FMI menace un pays souverain qui voudrait officialiser une cryptomonnaie ?

Nous voulons surtout profiter de l’occasion pour signaler que le FMI menace un pays voulant lancer une cryptomonnaie et s’émanciper du Dollar. Aujourd’hui c’est une saleté de paradis fiscal mais qui nous dit que demain nous n’aurons pas un pays qui décidera de lancer une « bonne » cryptomonnaie décentralisée qui garantirait une une masse monétaire fixe et l’anonymat des transactions ?

On a le droit de rêver mais le fait est que le FMI pèsera de tout son poids contre un tel projet.

Ce que nous cherchons à dire ici, c’est qu’il y a de fortes chances que lors de la prochaine crise de la dette, les banques centrales se tournent à leur tour vers une institution plus élevée telle que le FMI qui se fera un plaisir de remettre au goût du jour le projet de Keynes d’une monnaie universelle. Une genre de « Bancor-DTS » qui sera échangé contre les titres de dettes des banques centrales.

Le but étant de faire perdurer l’esclavage monétaire avec une nouvelle couche de dette et d’émission monétaire supranationale tout en concentrant un peu plus le pouvoir. Une émission monétaire qui sera à coup sûr sous forme d’une Blockchain…

L’endettement au service des globalistes

C’est l’ambition des globalistes que d’endetter toutes les banques centrales du monde auprès du FMI puis de les y assujettir. En tant que prêteurs en dernier ressort, ils pourront dicter la marche du monde en menaçant les pays d’hyperinflation (en leur empêchant de faire rouler leurs dettes) s’ils ne coopèrent pas. Bien entendu, il n’y aura pas un gramme de démocratie dans tout ça. Nous seront dominés par des oligarques bancaires qui feront régner leur fascisme économique grâce à la dette partout dans le monde.

Dans cette perspective, le pouvoir politique des États disparaîtra (qu’ils n’ont déjà plus dans une large mesure), pour devenir de simples administrateurs du « gouvernement » central aux mains des banquiers (comprendre les principaux propriétaires de capitaux de la planète).

Voyez que même l’ancien président Valery Giscard D’estaing a déclaré hier être choqué « que personne ne proteste contre l’enrichissement des riches » avant d’ajouter: « Actuellement, l’argent va avec le pouvoir ». Le pouvoir est avec l’argent. » Quand on voit Bezos qui a maintenant une fortune de 150 milliards, que d’après OXFAM, quelques milliardaires possèdent autant que la moitié de la population mondiale la plus pauvre et que Apple vaut 1000 milliards, il y a en effet de quoi se poser des questions…

Notons au passage que cette déclaration vient d’un homme qui fut ministre des finances lorsque la loi de 1973 a été votée. Une loi interdisant à l’Etat de s’autofinancer à taux 0 % auprès de la banque de France qui est directement à l’origine de la majeure partie de notre endettement illégitime. C’est dire…

Nous allons au devant d’un grand péril si nous ne nationalisons pas les banques afin de faire éclater cette bulle d’endettement qui n’est au final qu’une mascarade ! Nous ne la devons à la planète Mars cette dette. Nous la devons à nous même et il nous appartient donc de l’effacer afin de ne pas mettre en péril nos démocraties…

Une fois fois les dettes effacées, nous devons nous débarrasser des banques et de leurs monnaies de singe en adoptant une monnaie non inflationniste, apatride, apolitique et dont les transactions sont instantanées et gratuites. Vous pouvez déjà prendre de l’avance en remplissant régulièrement votre wallet avec du Bitcoin qui est la seule monnaie disponible qui remplit réellement toutes les cases.

Nous ne devons pas louper le coche lors de la prochaine crise financière frauduleuse…

Donation :

BTC : 1Crsj83gGx7iGGNhSyYedxX7y5Jqo5gKbA

ETH : 0xe7110Aee7923d42F7AbF975bAF94b962e8c8e30F

Contactez-nous

Utilisez ce formulaire pour nous contacter, nous vous répondrons dans les 24 heures!

En cours d’envoi

©[2018] Cryptojournal.fr - Décryptage de la révolution Bitcoin, comment acheter du Bitcoin

Présentation de notre Equipe - Mentions légales - Avertissements sur les risques - Contactez l'équipe CryptoJournal.fr

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?