10 ans après la crise, rien n’a changé car la monnaie est toujours créée à partir d’une dette assortie d’intérêts

Privatiser les gains et socialiser les pertes. Voilà la véritable raison d’être des banques.

Contrairement à l’État qui redistribue collectivement ses prélèvements, le système bancaire conserve unilatéralement le produit de ses captations au travers des taux d’intérêts et autres frais bancaires.

L’État (cad nous tous) a perdu le droit de battre monnaie. Il l’a abandonné aux banques privées. Vous pensez que la monnaie est un outil qui sert l’intérêt général ? Vous vous trompez : la monnaie est devenue (discrètement) un outil qui sert d’abord des intérêts privés.

Les banques abusent de leur pouvoir de création monétaire afin de contrôler les nations par la dette et se contrefichent éperdument de générer des crises financières.

Les banquiers se versent pendant des années des milliards en bonus et dividendes pour se récompenser d’avoir méticuleusement préparé des faillites frauduleuses. Les crises éclatent, des récessions longues de plusieurs années s’en suivent avec à la clef a saisie de million de maisons et l’activation de la planche à billets. Autrement dit, un vol en bandes organisées et la destruction de notre pouvoir d’achat en dévaluant la monnaie (inflation). Et pour le dire plus clairement encore, la socialisation des pertes.

La planche à billets

Il y a 10 ans, les banques centrales ont joué les pompiers pyromanes en inondant les banques de pognon afin qu’elles puissent continuer à entretenir la bulle d’endettement. Il n’a jamais été question d’effacer la dette qui maintient les peuples en esclavage…

Le Bilan de la BCE représente désormais 45 % du PIB de la Zone Euro. Celui de la banque centrale du Japon représente 100 %. 25 % pour la Banque d’Angleterre et la FED.

Tout cet argent créé ex nihilo n’a pas servi à effacer les dettes. Il n’a pas non plus été versé directement sur les comptes en banque des citoyens. Non, il a servi à renflouer les banques, gonfler la bulle d’endettement et également celle des marchés boursiers. Et qui profite de la hausse des bourses ? Ceux qui possèdent des actions. C’est à dire le top 1 %.

Cela revient à dire que les banques centrales ont versé de l’argent directement sur les comptes du top 1%…

Le bas peuple sera lui frappé par l’inflation qui résulte toujours de la planche à billets. Les riches profitent de l’inflation du prix des actions boursières alors que les pauvres voient leur pouvoir d’achat fondre comme neige au soleil, année après année, au rythme de l’inflation et notamment en raison de la hausse des prix immobiliers qui sont devenus complètement délirants. La part de la population étant propriétaire de sa maison est en chute libre depuis les années 2000.

Les riches ne cessent de s’enrichir davantage

10 ans après, rien n’a changé

Comme l’a dit Jean-Claude Trichet (ex BCE) la semaine passée, le système financier est au moins aussi vulnérable sinon plus qu’en 2008… Cela ne fait aucun doute. L‘état de déliquescence du système est désormais bien plus avancé puisque le niveau d’endettement global est beaucoup plus important qu’il y a 10 ans.

Pire, alors que nous savons aujourd’hui que la titrisation fut un rouage essentiel à l’origine de la crise des subprimes, les banques ont recommencé de plus belle.

Titriquoi ? Si les prêts étaient des pommes, nous pourrions comparer la titrisation à la fabrication de gros pots de compote portant la mention « qualité supérieure » sur l’étiquette alors qu’ils contiennent des pommes pourries. Les banques revendent ensuite ces pots pourris (prêts titrisés) sur les marchés financiers afin de les faire disparaître de leurs bilans.

Ils ont désormais changé le nom. Appelés auparavant CDO (Collateralized Debt Obligation), on peut désormais lire sur l’étiquette: CLO (Collateralized Loan Obligation)…

Tout cela pour dire que les banques ont recommencé à camoufler et diffuser le risque dans l’ensemble du système financier. En d’autres termes, les banquiers sont de nouveau à la tâche pour préparer une nouvelle crise globale et socialiser les pertes à venir…

Etats-Unis : volume de prêts titrisés 

Remplacer la monnaie de singe des banquiers par le Bitcoin

La création de monnaie à partir de dettes et d’intérêts est le moteur d’un système marchand et le cancer de la planète. Le système est intrinsèquement voué à générer plus de dettes à cause des intérêts.

Et malheureusement, un endettement sans limite rime avec croissance et consommation sans limite sur une planète finie. Il n’y a que les économistes chantres du libéralisme pour ne pas comprendre qu’il y a un léger problème.

Cette dette doit être remboursée par l’impôt et l’inflation et de ce point de vue, rien n’a changé depuis 10 ans si ce n’est que cette fois-ci, une solution existe pour nous extirper du système d’esclavage des banquiers. Elle s’appelle BITCOIN.

Il est difficile d’imaginer que les banquiers, contrôlant tous les leviers du pouvoir, tueront la poule aux œufs d’or. Ils feront tout pour préserver la sacro-sainte dette. En France, 5 milliardaires détiennent 95 % de la presse alors avant de lire dans les journaux ce que vous êtes en train de lire ici, de l’eau va couler sous les ponts…

Voyez Macron, le poulain de Goldman Sachs et Rothschild (qui ont financé sa campagne comme l’a révélé Wikileaks).

Voyez maintenant que Jamie Dimon, le PDG de JP Morgan, la banque la plus puissante de Wall Street, qui a déclaré hier être plus intelligent que Donald Trump tout en suggérant qu’il se présentera à la prochaine élection présidentielle…

Les banquiers ne s’embarrassent vraiment plus… ils feront tout pour faire perdurer leur système d’endettement. Il iront jusqu’au bout et imprimeront autant d’argent qu’il faut.

Jusqu’à ce que les peuples commencent à se poser des questions sur leur monnaie. Beaucoup de choses changeront lorsque les masses comprendront que ce ne sont pas les prix qui montent mais la quantité de monnaie en circulation qui augmente.

Ce jour là, vous aurez été bien inspiré d’avoir échangé une partie de votre épargne de long terme en Bitcoin car les révolutions monétaires sont toujours très rapides…

Donation :

BTC : 1Crsj83gGx7iGGNhSyYedxX7y5Jqo5gKbA

ETH : 0xe7110Aee7923d42F7AbF975bAF94b962e8c8e30F

Contactez-nous

Utilisez ce formulaire pour nous contacter, nous vous répondrons dans les 24 heures!

En cours d’envoi

©[2018] Cryptojournal.fr - Décryptage de la révolution Bitcoin, comment acheter du Bitcoin

Présentation de notre Equipe - Mentions légales - Avertissements sur les risques - Contactez l'équipe CryptoJournal.fr

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?