Démolition des deux arguments les plus populaires contre le Bitcoin

Le Bitcoin a infiniment plus de valeur que les monnaies de singe que les banques créent à l’envie.

– Il existe en quantité limité (non inflationniste)

– Les transferts sont instantanés et quasiment gratuits

– Il est une monnaie mais également un système de paiement (2 en 1)

– Il est indestructible

– Il est apatride etc…

Les banquiers ont toutes les peines du monde à lui trouver un défaut

Ils ne cessent de rabâcher que sa valeur est instable et qu’il sert au blanchiment d’argent et aux terroristes. OK…

Concernant la volatilité du Bitcoin. Commençons par dire que Rome ne s’est pas faite en un jour. C’est enfoncer une porte ouverte que de dire que sa valeur n’est pas stable. Il est clair que la valeur du Bitcoin fluctuera tant qu’il ne sera pas totalement substitué aux monnaies fiats. Mieux encore, sa valeur ne peut que s’apprécier sur le long terme. Tout comme celle de l’or qui n’a cessé de grimper depuis qu’il est utilisé comme monnaie.

Nous avons maintes fois expliqué que la monnaie moderne est créée à partir de dette. Monnaie = dette. De part le fait que nous devons payer des intérêts sur toute cette monnaie en circulation, le système est mathématiquement obligé de créer toujours plus d’argent et donc toujours plus de dettes.

L’engrenage de la dette force inéluctablement le système à faire marcher la planche à billets avec pour conséquence de l’inflation. Ou autrement dit, un impôt déguisé via la baisse de votre pouvoir d’achat.

« L’augmentation de l’argent en circulation fait augmenter proportionnellement le prix de tous les objets. »

Adolphe Thiers

En revanche, le Bitcoin ne peut pas être dupliqué à l’envie

Le dernier Bitcoin sera miné vers l’an 2145 avec une masse monétaire finale de 21 000 000 d’unités.

Nous avons besoin d’une telle monnaie afin de gagner en stabilité économique, ralentir la cadence du travail et de la consommation de matières premières afin d’éviter ce que les scientifiques appellent la sixième extinction de masse ou encore l’anthropocène. En effet, l’engrenage de la dette nécessite de produire, consommer et donc travailler toujours plus.

Le capitalisme est mort né à cause du changement climatique. Une frange toujours plus importante de la population en prend conscience. Nombreux sont ceux qui cessent par exemple de prendre la voiture ou de boire du lait et de manger de la viande afin d’endiguer les émissions de gaz à effet de serre (presque 10 % de l’ensemble du carbone rejeté dans l’atmosphère provient de l’élevage de bovins) en attendant que nos politiques prennent le problème à bras le corps.

Adopter une monnaie stable, comme le Bitcoin, dont la création ne porte pas en elle les germes d’une croissance exponentielle, est urgent si nous voulons réellement éviter la catastrophe climatique. La dette et la croissance se nourrissent l’une de l’autre sur une planète finie, il faut bien comprendre cela.

Concernant son utilisation par les terroristes et le blanchiment d’argent…

Comme si ISIS et DAESH avaient attendu le Bitcoin pour financer leurs activités… C’est une vaste plaisanterie…

L’Arabie Saoudite a accusé son voisin le Qatar de financer le terrorisme pas plus tard que l’année dernière. C’est Burger King qui accuse Mac Donald de mettre de la merde dans ses sandwichs mais vous voyez où nous voulons en venir. On sait très bien qui finance le terrorisme international et que ce n’est pas le Bitcoin qui est utilisé dans toutes ces transactions.

Le Koweït est par exemple bien connu pour l’opacité de son système bancaire qui est une véritable plaque tournante à l’échelle industrielle des financements à destination des djihadistes islamistes en tout genre. Les cheikhs milliardaires salafistes et autres sponsors des frères musulmans redistribuent comme bon leur semble la manne pétrolière et notamment pour financer l’islamisme radical et les djihadistes partout où cela peut servir leurs intérêts.

Dès 2014, l’ancien Premier ministre irakien chiite Nouri al Maliki a accusé le Koweït (mais aussi le Qatar et l’Arabie saoudite) d’avoir indirectement attaqué la Syrie et l’Irak à travers l’envoi de mercenaires moudjahidines et le financement de divers groupes terroristes islamistes comme DAESH. Et bien entendu, qui est est-ce qui poussent ces petromonarchies au crime ? Les États-Unis et Israël avec la complicité implicite de l’OTAN.

C’est dur à avaler si vous n’aviez jamais lu de telles accusations mais c’est bel et bien la vérité… Mais chuuuut, ils nous achètent nos beaux rafales, nos systèmes de métro, nos avions de ligne etc…

Blanc comme neige

D’après un récent rapport de l’ONU, le système bancaire blanchit 2.7 milliards de Dollars chaque jour !! Nous venons tout juste d’apprendre que la banque Danske Bank (Danemark) a blanchi 234 milliards de Dollars entre 2007 et 2015.

Mais bien sûr, les cryptomonnaies servent aux terroristes. Plus c’est gros et mieux ça passe pour faire peur au peuple non averti…

Le dernier rapport d’Interpol sur le financement du terrorisme dit d’ailleurs que les canaux privilégiés par les terroristes pour distribuer leur argent sont les banques, les mules humaines et les fausses entreprises…

Donation :

BTC : 1Crsj83gGx7iGGNhSyYedxX7y5Jqo5gKbA

ETH : 0xe7110Aee7923d42F7AbF975bAF94b962e8c8e30F

Contactez-nous

Utilisez ce formulaire pour nous contacter, nous vous répondrons dans les 24 heures!

En cours d’envoi

©[2018] Cryptojournal.fr - Décryptage de la révolution Bitcoin, comment acheter du Bitcoin

Présentation de notre Equipe - Mentions légales - Avertissements sur les risques - Contactez l'équipe CryptoJournal.fr

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?