Le Bitcoin ne contribue pas au réchauffement climatique, bien au contraire!

La consommation d’énergie du Bitcoin est un sujet sensible. Nombreux sont ceux qui pointent du doigt l’énorme consommation d’énergie engloutie par le Bitcoin à l’heure où l’humanité se trouve dans l’obligation de réduire ses émissions de CO2 dans l’atmosphère. Ils ont raison. Toute consommation d’énergie s’apparentant à du gaspillage pur ne peut pas être passée sous silence comme si de rien n’était.

Nous nous rapprochons chaque jour un peu plus du point de non retour. La trajectoire actuelle de nos émissions de CO2 menace d’enclencher un engrenage de boucles de rétroactions qui vont accroître le phénomène de réchauffement climatique. Les catastrophes qui en découleront comme la baisse des récoltes, les famines et les déplacements de populations par centaines de millions risquent fort d’engloutir la civilisation humaine…

Il est donc tout à fait légitime de s’interroger sur la légitimité de la consommation d’énergie du Bitcoin.

Le Bitcoin, une consommation d’électricité équivalente à celle de l’Autriche

Oui, le Bitcoin consomme beaucoup d’électricité. Un simple calcul permet d’estimer sa consommation à environ 38 TWh par an.

Une AntMiner S9 (matériel de mining le plus puissant) affiche une puissance théorique de 14 Thash/s et consomme environ 1375 W par heure. En sachant qu’au moment d’écrire ces lignes la puissance de calcul au service du réseau Bitcoin est de 44 000 000 Thash/s, nous pouvons faire ces simples calculs :

– (44 000 000/14) X 1375 = 4 321 428 571 W

– 24 X 365 X (4 321 428 571) = 38 TWh par an

Le Bitcoin consomme donc actuellement l’équivalent de 3 à 5 centrales nucléaires de type Fessenheim car selon le site de digiconomist.net, le chiffre serait plutôt autour de 70 Twh (Parce que beaucoup utilisent encore du matériel moins performant que les antminers S9). On reste toutefois dans le même ordre de grandeur.

Consommation d’énergie du Bitcoin

Et si l’on compare ce chiffre à la consommation d’énergie mondiale ?

L’énergie dépensée chaque année par la consommation de pétrole c’est environ 50 000 TWh. 45 000 TWh pour le Charbon et 38 000 TWh pour le gaz. Ensemble cela fait environ 133 000 TWh.

Ce qui veut dire que la consommation d’énergie du Bitcoin représente à peine 0.02 % de cette de l’énergie fossile. Cela permet déjà de relativiser les choses même s’il est vrai qu’une consommation d’électricité équivalente à celle de l’Autriche (8.7 M d’habitants) peut faire lever les sourcils.

Consommation d’énergie via la combustion du pétrole, du charbon, du gaz (+uranium et énergie renouvelables) en TWh par an

Source Wikipedia

Pourquoi le Bitcoin consomme-t-il autant d’énergie ?

Cela coule de source pour les initiés mais beaucoup ne savent pas exactement pourquoi le Bitcoin consomme autant d’énergie. Explication :

Les mineurs sont tous en compétition pour trouver une clef algorithmique. Toutes les 10 minutes, des milliers de mineurs utilisent leurs puissances de calcul pour générer d’innombrables clefs au hasard. On appelle cela un système de « proof of work » (preuve de travail).

Lorsqu’un mineur trouve la bonne clef, il gagne le droit d’ajouter à la blockchain toutes les transactions qui ont eu lieu au cours des 10 dernières minutes et de recevoir une récompense qui est actuellement de 12.5 Bitcoins (environ 100 000 $ au cours actuel). Un seul mineur est récompensé toutes les 10 minutes ce qui signifie que tous les autres ont dépensé de l’énergie pour « rien ».

Enfin pour rien… Il y a une utilité. Plus la puissance de calcul globale est élevée et plus le Bitcoin devient sécurisé. La raison étant que pour tricher en modifiant des transactions passées, il faut refaire tout le Proof of work. Donc plus une transaction est vieille et plus il est difficile de la changer en raison de la masse colossale de proof of work qui s’est accumulée entre temps.

Voilà l’explication dans les grandes lignes. Je vous invite à creuser la question du fonctionnement de la blockchain.

Le Bitcoin est une arme précieuse contre le réchauffement climatique

Oue, rien que ça.

Pour s’en persuader, il suffit de comprendre que l’une des raisons principales derrière cette nécessité impérieuse de générer toujours plus de cette sacro-sainte croissance qui se traduit par une augmentation parallèle de la consommation d’énergie et donc d’émissions de CO2, He bien c’est précisément la façon dont nous créons la monnaie!

Démonstration:

Le système repose sur une dette immense

Regardez les États-Unis par exemple. Les dettes de l’État, des entreprises et des ménages représentent ensemble environ 400 % du PIB.

La dette a augmenté de 1000 milliards au cours de l’année passée (et environ de 4000 milliards en tout si l’on prend en compte la dette des ménages et des entreprises…).

Or, dans le même temps, la croissance a représenté 3 % du PIB, soit environ 600 milliards.

Donc 4000 milliards de dettes supplémentaires pour créer 600 milliards de richesses supplémentaires… Inutile d’être un génie pour réaliser que notre système d’argent-dette est devenu complètement inefficient et qu’il va s’écrouler.

Mais en attendant l’écroulement, il faut continuer à rembourser ces dettes. Il n’y a pas 36 solutions pour trouver l’argent nécessaire au remboursement de la dette ET de ses intérêts :

Il faut générer de la croissance (afin d’augmenter la richesse globale) et/ou générer de l’inflation (Allègement du poids de la dette via la dévaluation de la monnaie et donc l’appauvrissement de la population).

Nous sommes perdants dans le deux cas. Soit on s’appauvrit, soit on accélère la cadence pour produire plus de richesses avec pour conséquence d’accélérer aussi le réchauffement climatique.

Pourquoi héritons nous d’une telle dette ?

Pour deux raisons principales :

-Nous avons accepté qu’une génération puisse léguer sa dette à la génération suivante.

-Nous avons accepté de créer l’argent à partir de dette elle même assortie d’intérêts.

Dans notre système moderne, monnaie = dette = paiement d’intérêts. Tout l’argent en circulation est originellement issu d’une dette. En d’autres termes, cela veut dire que si par miracle toutes les dettes étaient remboursées du jour au lendemain, il n’y aurait plus un seul sou en circulation. Je sais, ça fait frétiller les neurones…

Passé un certain niveau d’endettement, il n’y a plus de retour en arrière possible. La dette se nourrit toute seule des intérêts dont le paiement devient un tonneau des danaïdes. La création de richesse (augmentation du PIB) devient rapidement insuffisante pour rembourser la dette (ce que l’on a montré un peu plus haut avec l’exemples des Etats-Unis) si bien que nous n’avons d’autre choix que de nous endetter toujours plus pour éviter un écroulement du système.

Or toute cette dette signifie qu’il y a autant d’argent supplémentaire (créé ex nihilo par les banques) qui se retrouve dans l’économie. Et que se passe-t-il lorsque l’on imprime de l’argent plus rapidement que la production de richesse ? De l’inflation.

Une inflation gigantesque. Les prix immobiliers en France ont augmenté en moyenne de près de 9 % par an depuis 1900… Vous vous rendez compte ??

En France de 1996 à 2012 par exemple,  250 % d’inflation immobilière…

La conséquence de ce système pervers d’endettement exponentiel (à cause des intérêts) est que nous sommes piégés dans une fuite en avant.

Le système d’argent-dette contient en lui les germes de l’inflation et de la croissance infinie (sur une planète finie) à cause de l’engrenage des intérêts. C’est d’ailleurs pour cela que les banques centrales sont obligées de garder les taux d’intérêt proches de 0 %. C’est le cas au Japon depuis plus de 20 ans par exemple… Si les taux augmentent, nous ferons face à une crise exactement comme celle de 2008. Pourquoi croyez-vous que la bourse US flanche ? Parce que la FED rehausse les taux d’intérêt…

Nous devons de toute urgence revenir à une monnaie non créée à partir de dette #Bitcoin

Le Bitcoin est une monnaie dont la création n’enclenche pas une accumulation d’intérêts. Elle reste pour toujours en circulation dans l’économie. Le Bitcoin permettrait d’une part d’arrêter le siphonnage des richesses par les banquiers (intérêts) et d’autre part de mettre un terme à cette inflation intolérable qui nous oblige à travailler toujours plus (et donc de produire toujours plus…) pour compenser notre perte de pouvoir d’achat sacrifié sur l’autel du remboursement d’intérêts qui s’accumulent.

Une monnaie stable (libre de dette) redonnerait de la valeur à notre travail. Nous n’aurions pas besoin de travailler et de produire autant pour pouvoir vivre décemment si nous empêchions l’accaparement des richesses par une classe d’hyper-riches à qui profite la dette.

La dette orchestrée par notre système d’argent-dette n’est en définitive qu’une construction artificielle qui vampirise de manière sournoise les fruits de notre travail pour engraisser les plus riches. Nous n’avons d’autre choix que de changer de monnaie si nous voulons nous débarrasser de cette mafia en cols blancs qui préfère détruire l’humanité plutôt que d’abandonner son privilège de créer la monnaie dont elle se sert pour nous mettre en esclavage, disons les choses comme elles sont.

En adoptant le Bitcoin, nous arrêterions de nous appauvrir, nous travaillerions moins et par la même occasion pour produirions moins, ce qui permettrait d’endiguer le réchauffement climatique…

Il y a beaucoup d’autres choses à faire comme produire moins d’emballages (42 % du plastique produit est utilisé pour faire des emballages…) mais changer la façon dont la monnaie est créée est probablement la meilleure façon d’éviter la sixième extinction de masse. Voilà pourquoi, au-delà de l’insignifiance de l’impact du Bitcoin sur la consommation d’énergie totale (0.02 %), il est malvenu de montrer du doigt la voracité énergétique du Bitcoin.

Donation :

BTC : 1Crsj83gGx7iGGNhSyYedxX7y5Jqo5gKbA

ETH : 0xe7110Aee7923d42F7AbF975bAF94b962e8c8e30F

Contactez-nous

Utilisez ce formulaire pour nous contacter, nous vous répondrons dans les 24 heures!

En cours d’envoi

©[2018] Cryptojournal.fr - Décryptage de la révolution Bitcoin, comment acheter du Bitcoin

Présentation de notre Equipe - Mentions légales - Avertissements sur les risques - Contactez l'équipe CryptoJournal.fr

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?