L’Empire du Dollar a encore frappé – La Société Générale se fait racketter 1.3 milliards $

La Société Générale a accepté de payer 1.3 milliards de Dollars pour faire cesser les poursuites de l’État de NY. La banque Française est accusée de ne pas avoir respecté l’embargo décrété par les États-Unis à l’encontre de l’Iran et de Cuba…

La BNP Paribas avait déjà été sanctionnée pour la même chose il y a quelques années. L’amende avait été de plus de 9 milliards de Dollars pour avoir faciliter des paiements en Dollars vers et depuis l’Iran.

On appelle cela l’extraterritorialité du Dollar. C’est à dire que les États-Unis, non content d’imposer au monde une monnaie de singe depuis 1971 (fin du Gold Standard) et leur politique étrangère guerrière, ils extraterritorialisent désormais leur droit à l’étranger.

Nos banques acceptent de payer car elles s’exposent dans le cas contraire à une perte de leur licence bancaire sur le territoire américain…

La monnaie n’est pas quelque chose de neutre ou un simple moyen d’échange. La domination monétaire et la politique étrangère du canon des États-Unis leur offre d’innombrables avantages dont le plus important est bien entendu de pouvoir acheter du pétrole avec du papier.

Papier contre pétrole

A chaque fois qu’un pays annonce vouloir vendre son pétrole dans une autre monnaie que le Dollar, il peut être sûr de recevoir la visite des marines américains peu de temps après… En Octobre 2000, Bagdad décide de vendre son pétrole en Euros plutôt qu’en Dollars. Excellente nouvelle pour l’Europe, premier importateur de pétrole Irakien, qui se voit offrir par l’Irak le même privilège exorbitant que l’oncle Sam. L’Euro était alors à son plus bas historique, autour de 0.82 $. L’Euro s’appréciera de 30 % dans les mois qui suivirent cette décision. Le vieux continent pense qu’il va pouvoir échanger du papier contre du pétrole à l’instar des américains !..

Tout le monde connaît la suite. Collin Powel viendra mentir à l’ONU en affirmant du bout d’une petite fiole censée contenir une arme bactériologique redoutable que l’Irak possédait des armes de destruction massive alors que les 300 inspecteurs de l’ONU dépêchés sur place n’ont jamais rien trouvé… Fin de la parenthèse.

Pour en revenir à l’extraterritorialité du droit US, nous pouvons aussi noter que Washington vient de remettre en place l’embargo économique à l’encontre de l’Iran et de déconnecter le pays du système de paiement international SWIFT afin d’empêcher le reste du monde d’acheter le pétrole iranien. A noter que l’Inde et la Chine ont annoncé qu’ils continueront à importer…

Cette politique impérialiste est déjà en train de leur revenir dans la figure comme un boomerang. La dédollarisation du monde s’accélère. La Russie amasse d’énormes quantités d’or et la Chine propose déjà de convertir le Yuan en or pour les exportateurs de pétrole qui acceptent le Yuan en paiement. Sans compter de nombreux accords bilatéraux pour commercer en monnaies locales plutôt qu’en Dollar. Un nouvel accord a été signé entre l’Indonésie et la Chine pas plus tard qu’hier. Un swap de devises représentant 200 milliards de Yuans. et 440 000 milliards de roupies.

Gold Standard vs Bitcoin Standard

Le Gold standard, c’est bien. Cela signifie que l’on décide que l’or vaut tant d’argent et que tous les pays doivent s’y tenir. Un pays qui ferait marcher la planche à billets en douce se ferait rapidement rappeler à l’ordre par les marchés qui demanderaient de convertir la monnaie du pays en question contre de l’or.

C’est ce qu’il s’est passé dans les années soixante lorsque le Général de Gaulle, avec d’autres pays Européens, a commencé à échanger ses Dollars contre de l’or. Il en résulta la fin unilatérale des accords de Bretton Woods qui avaient instauré le Gold Standard. La suite on la connaît. Les États-Unis obligeront l’OPEC à vendre son pétrole en or afin de s’assurer que le monde entier ne puisse pas échapper à l’emprise du Dollar US.

La Russie et la Chine peuvent bien ré-instaurer un gold Standard. Mais qui nous dit que les puissants ne chercheront pas de nouveau à tricher sur la monnaie en révoquant de nouveau le Gold Standard à la faveur d’une crise quelconque ?

Les dés sont pipés depuis la fin du GS et même si par miracle nous parvenions à forcer les États-Unis à le restaurer, rien ni personne ne peut garantir qu’il ne sera pas abandonné de nouveau pour goûter aux joies de la planche à billets.

La limite physique de l’or (difficile de payer en poussière d’or…) et l’impossibilité de garantir pour toujours un gold standard sont deux problèmes que le Bitcoin a résolu. Le premier grâce à 8 décimales et le second grâce à son architecture décentralisée qui a permis en même temps de graver dans le marbre sa masse monétaire.

Les 8 décimales offrent au Bitcoin une « profondeur monétaire » de 2 100 000 000 000 000 de Satoshis. Autrement dit, 2.1 millions de milliards, ce qui est largement suffisant pour huiler les échanges économiques de plusieurs planètes…

Le hard cap de 21 M nous protège contre la planche à billets (inflation). Et oui, mettre fin au Gold Standard a précisément pour but de pouvoir faire marcher la planche à billets.

Bref, pour en revenir au titre de l’article, précisons s’il le fallait que nous ne sommes évidemment pas au chevet d’une banque… Cette amende est en définitive une taxe sur tous ses clients, voire tous les Français.

Nous ne pourrions pas être victimes de ce racket si le Bitcoin s’imposait comme la monnaie universelle car il est apatride!

Donation :

BTC : 1Crsj83gGx7iGGNhSyYedxX7y5Jqo5gKbA

ETH : 0xe7110Aee7923d42F7AbF975bAF94b962e8c8e30F

Contactez-nous

Utilisez ce formulaire pour nous contacter, nous vous répondrons dans les 24 heures!

En cours d’envoi

©[2018] Cryptojournal.fr - Décryptage de la révolution Bitcoin, comment acheter du Bitcoin

Présentation de notre Equipe - Mentions légales - Avertissements sur les risques - Contactez l'équipe CryptoJournal.fr

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?