Ces 200 milliards que les banques nous volent

L’une des nombreuses différences entre le Bitcoin et l’Euro, c’est que le premier existe en quantité limitée et immuable alors que le second dépend de la taille de l’endettement.

Dans le système monétaire actuel, l’argent est en réalité de l’argent-dette. Il n’a plus de valeur intrinsèque comme les pièces d’or pouvaient en avoir jadis. De nos jour argent = dette.

C’est à dire que les banques créent l’argent à chaque fois que quelqu’un (vous, moi, les entreprises, l’État) vient emprunter et détruisent cet argent au fur et à mesure qu’on le rembourse. En se gardant les intérêts, bien sûr. (Une vidéo en fin d’article explique l’arnaque de la création monétaire moderne).

Et oui, qui dit DETTE, dit INTÉRÊTS…

En France, la dette publique représente 100 % du PIB, soit environ 2300 milliards. Et si l’on ajoute le « HORS BILAN », comme par exemple, entre autres engagements, les retraites qui devront être payées un jour, la dette grimpe à 6500 milliards, soit quelque chose plus proche de 260 % du PIB…

La dette privée (des ménages et des entreprises) représente elle 3400 milliards, soit environ 140 % du PIB.

Bref, la véritable dette de la France, tout confondu, c’est plus de 12 000 milliards.

Mais pour en revenir aux intérêts et en attendant que l’Etat s’endette davantage pour payer le hors bilan futur, nous en payons donc déjà sur les 2300 milliards de dette publique et les 3400 milliards de dette privée. Soit 5700 milliards au total.

Admettons que les banques collectent chaque année 3 % sur ce montant, cela fait 171 milliards. C’est une estimation car je ne sais pas quel est le taux moyen de l’endettement privé. En revanche, ce dont je suis sûr, c’est que la France paie 45 milliards d’intérêts par an sur sa dette.

Une estimation plus précise serait celle-ci:

Selon le plus probable des scénarios (hausse lente des taux d’intérêt par la banque centrale européenne à partir de la fin d’année 2019) du leader mondial de l’assurance Euler Hermes, le secteur privé Français paiera près de 32 Mds EUR d’intérêts de plus en 2022 qu’en 2016. Le secteur privé Français payait 103 Mds EUR d’intérêts en 2008, contre 67 Mds EUR en 2016 (baisse depuis 2008 à 2016 à cause de la crise de 2008 qui a incité la banque centrale à abaisser son taux directeur à 0 %).

Est-ce que vous vous rendez compte de ces sommes… N’oubliez jamais : 1 million de secondes c’est 11 jours / 1 milliard de secondes c’est 31 ans !

Bref, à mesure que les taux d’intérêt vont monter (ils sont toujours à 0 % du côté de la BCE), le montant des intérêts payés par le secteur privé va vite exploser au-dessus du niveau de 2018 (103 milliards). Donc oui, c’est environ 170 milliards d’intérêt que nous payons ou allons payer au cours des prochaines années en intérêts car n’oublions pas que la dette publique Française de 2008 était de « seulement » 1300 milliards. Ces intérêts sont illégitimes car les banques créent cet argent ex nihilo. D’un coup de baguette magique. Tour cet argent versé aux banques est un vol monumental qui a trop duré.

En ajoutant les frais bancaires, qui représentent une vingtaine de milliards, les banques nous siphonnent déjà près de 200 milliards et cela va fortement augmenter une fois que la BCE aura décidé de rehausser les taux.

Et à ces 200 milliards, nous pouvons ajouter 110 milliards de recettes en moins chaque année à cause de l’évasion fiscale, 10 milliards de CICE par an versés aux multinationales comme carrefour qui s’en servent pour verser d’énormes dividendes tout en licenciant des milliers de travailleurs.

En tout, plus de 300 milliards.

Et nous pourrions aussi parler des innombrables niches fiscales qui grèvent le budget de l’État d’une somme avoisinant probablement 100 milliards,  ou encore du record de dividendes du CAC40 cette année (47 mds)…

Bref, il existe des sommes folles que nous pourrions aisément récupérer si nos politiques n’étaient pas corrompus jusqu’à l’os où trop lâches pour s’attaquer à la finance.

300 milliards… Rendez-vous compte que cette somme représente 4 fois le déficit budgétaire de la France. Cela représente 250 millions de smics !!!!

En divisant cette somme par 12 mois, nous pourrions verser un smic annuel à plus de 20 millions de Français. Si nous avions une justice fiscale en France, nous n’aurions plus de chômeurs ni de déficit budgétaire.

Tant que nous laisserons les usuriers bancaires nous faire les poches, nous resterons des esclaves d’une caste de multi-milliardaires. Nous devons mettre fin au système d’argent-dette et le Bitcoin et clairement une solution qui nous tend les bras pour nous débarrasser d’eux.

Au point où nous en sommes, nous pouvons aussi parler de l’inflation… Les banques offrent 0,75% par an aux détenteurs de livrets A, ce qui est nettement inférieur au taux d’inflation de 1,95 % en 2018 calculé par l’INSEE (chiffe bidon qui ne prend pas en compte la hausse des prix immobiliers, soit dit en passant…). En moyenne, un Français qui possède 4 500 € sur son livret A (montant moyen observé) ne gagne donc que 33 € d’intérêt sur l’année, alors que l’inflation fait qu’il faudrait avoir 4 588 € en 2019 pour s’acheter les mêmes biens qu’en 2018 pour 4 500 €. Ce qui revient à voler le détenteur du livret A de 55 € par an.

Et que dire de l’inflation totale payée par les Français… En 2017, les dépenses de consommation ont représenté 53 % du PIB, soit environ 1100 milliards, pour faire rond. Une inflation de 1.95 % en 2017, cela signifierait un impôt déguisé d’environ 21 milliards. 21 milliards supplémentaires volés par le système. Nous sommes des esclaves!!!

Voici une courte vidéo très récente qui explique l’arnaque de la création monétaire moderne:

Donations plus que bienvenue..

BTC : 1Crsj83gGx7iGGNhSyYedxX7y5Jqo5gKbA

ETH : 0xe7110Aee7923d42F7AbF975bAF94b962e8c8e30F

Contactez-nous

Utilisez ce formulaire pour nous contacter, nous vous répondrons dans les 24 heures!

En cours d’envoi

©[2018] Cryptojournal.fr - Décryptage de la révolution Bitcoin, comment acheter du Bitcoin

Présentation de notre Equipe - Mentions légales - Avertissements sur les risques - Contactez l'équipe CryptoJournal.fr

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?