Le F.A.Q. du Bitcoin et des autres crypto-devises

Le Bitcoin est une monnaie digitale que l’on appelle aussi une monnaie virtuelle et qui peut être transféré à peu de frais presque instantanément n’importe où dans le monde. Le Bitcoin fonctionne avec la blockchain qui est un registre public, immuable, global et décentralisé. Contrairement aux monnaies traditionnelles comme le Dollar ou l’Euro, les bitcoins sont émis et distribués sans aucune assistance d’une autorité centrale. Il n’y a pas de gouvernement, d’entreprise ou de banque qui gère le Bitcoin. Par conséquent, il est imperméable à l’inflation délirante et la corruption des banques. Avec le Bitcoin, vous êtes votre propre banque. Rendez-vous sur notre notre guide dédié au monnaies virtuelles pour une meilleure compréhension de la façon dont le Bitcoin fonctionne.

Vous pouvez acheter des Bitcoins sur les exchanges. Si vous souhaitez acheter des Bitcoins avec votre carte de crédit, vous pouvez tout simplement visiter ce lien pour acheter du Bitcoin et commencer rapidement et en toute sécurité. Il y a d’autres endroits pour acheter du bitcoin ou spéculer sur son prix. Mais faites vos devoir avant de choisir un exchange afin de choisir le bon.

Après avoir acheté vos premiers Bitcoins, vous aurez besoin d’un « wallet » pour les mettre en sécurité. Savoir quel genre de wallet utiliser est la deuxième étape la plus importante pour devenir un propriétaire de Bitcoins. C’est une étape critique que vous ne devriez pas prendre à la légère. Utilisez ce guide pour vous aider à choisir le wallet qui vous conviendra.

Les transactions en Bitcoins sont typiquement confirmées en 10 minutes environ. Une confirmation signifie que la transaction a été vérifiée par le réseau de mineurs qui s’occupent de l’ajouter à la blockchain. Une fois qu’une transaction est confirmée, elle ne peut pas être annulée où dupliquée. Les transactions sont ajoutés aux blocs de la Blockchain au cours du processus de « mining ».

 

Le réseau Bitcoin a pour le moment atteint sa capacité maximale de 1 mégaoctet (taille limite d’un block), ce qui a provoqué une augmentation du coût de transaction et un ralentissement de la confirmation des blocs. Si vous avez réalisé une transaction en Bitcoins et qu’elle n’a toujours pas été ajoutée à la blockchain, il y a des fortes chances que les frais de transaction que vous avez décidé d’allouer à votre transactions ne soit pas assez importante pour que le réseau de mineurs daignent s’en occuper. Pour vous aider à choisir des frais de transaction raisonnables vous laissant espérer une confirmation de transaction relativement rapide, vous pouvez visiter des sites spécialisés.

Comme nous l’avons dit plus haut, les frais de transaction ont fortement augmenté en raison de la limitation de l’espace disponible par bloc. Cela a provoqué des « frais de marché », c’est à dire une hausse prématurée et artificielle des prix en raison de l’espace limité qui est disponible dans chaque bloc (La loi de l’offre et de la demande s’est immiscée dans les frais de transaction). Le plan originel était de créer des frais de transaction seulement une fois que la récompense offerte aux mineurs ne serait plus allouée.D’après les dernières estimations le dernier Bitcoin sera miné en l’an 2140. Il y aura alors une masse totale et immuable de 21 millions de Bitcoins. Il était prévu qu’à cette date, pour inciter le réseau de mineurs à continuer de confirmer les transactions, de créer des frais de transaction. Mais devant le succès du Bitcoin, le problème des frais de transactions s’est posé avec quelques années d’avance.

La limite originelle de la taille des blocs était de 32 méga-octets en raison des contraintes des protocoles de la blockchain du Bitcoin. Mais en Juillet 2010, le crateur du Bitcoin, Satoshi Nakamoto, a introduit une limite temporaire à 1 mégaoctet pour éviter les attaques DoS (attaque par déni de service) qui pourraient rendre le service indisponible. Il s’agit d’inonder un réseau afin d’empêcher son fonctionnement. Mais Satoshi a clairement signifié que cette limite pourrait être augmentée si nécessaire et a même déclaré que ce ne serait probablement pas un grand un problème d’adopter une échelle comparable à Visa ou Mastercard.

Il y a eu beaucoup de discussions et de propositions concernant l’augmentation de la taille des blocs. Pour le moment, sans grande conclusion. La solution la plus récente s’appelle Bitcoin Unlimited (BU). Ce client Bitcoin a supprimé la limite temporaire en laissant l’offre et la demande décider quelle est la meilleure taille de bloc en temps réel. Le plan de BU est de réaliser un « hard fork » (explication plus loin). Il existe une autre alternative appelée SegWit (Segregated Witness) recommande de seulement permettre un nombre limité de transactions supplémentaires au travers d’une optimisation de signature en supprimant les données liées à la signature des transactions conventionnelles et de les placer autre part que dans la blockchain. SegWit a été implémenté comme un « soft fork » mais cela pourrait de transformer en un « hard fork ».

Un hard fork signifie que les blocs vont être diffusés selon un nouvel ensemble de nouveaux protocoles (règles). L’espace de 1 mégaoctet par bloc ou encore le fait qu’il n’y aura jamais plus de 21 millions de Bitcoins sont des exemples de protocoles, de « règles ». Ces nouveaux protocoles doivent être acceptés par les mineurs qui se mettent alors à jour pour supporter les nouveaux protocoles. Il en résulte qu’une deuxième Blockchain vient s’attacher au Bitcoin (une chaîne majoritaire et une chaîne minoritaire). Certains pensent que c’est un problème d’avoir deux chaînes mais ce n’est le cas seulement si vous pensez que la chaîne minoritaire survivra et aura une part de marché plus importante que la chaîne majoritaire.

Un soft fork signifie qu’un bloc est diffusé sous un nouvel ensemble de règles mais la différence est que les mineurs ne réalisent pas que la règle a changé. Ils continuent donc d’accepter les blocs créés par les nouveaux mineurs. Certains pensent que les soft forks sont mauvais car ils dupent les mineurs qui ne se sont pas mis à jour en leur faisant croire que ces transactions sont valides alors qu’il se pourrait qu’elles ne le soient pas.

Certains pensent qu’en rehaussant la taille limite des blocs, le coût de confirmation des transactions pour les mineurs individuels augmentera jusqu’au point où il ne sera plus possible de miner des monnaies virtuelles de manière individuelle, ce qui est une menace de centralisation accrue. C’est un faux dilemme il n’y aucune métrique prouvée pour quantifier ce qu’est une décentralisation. En revanche, il a été prouvé que le niveau actuel de décentralisation restera le même que l’on augmente ou pas la taille des blocs. C’est une idée fausse de croire que la décentralisation n’existe que si vous avez des gens partout dans le monde qui minent en mode « full node » (même à 1 mégaoctet). La réalité est que seuls ceux qui ont les revenus suffisants pour miner en « full node » le feront. Si la taille limite des blocs est supprimée, cela permettra plus de transactions et par conséquent une augmentation des chances de voir de nouveaux mineurs. La décentralisation n’est pas une mesure mais une direction.

D’autre part, les effets de l’augmentation de la taille de bloc au-delà de 1MB a été étudiée par de nombreuses personnes. Il en résulte qu’une augmentation de 1MB à 4MB ne provoquera pas de centralisation.

Le débat s’articule autour de deux différents ensembles d’utilisateurs qui essaient de trouver un consensus sur la meilleure façon de calibrer le Bitcoin afin de faciliter sa croissance et son succès. La question de la taille des blocs a été soulevée dès sa création en 2008. Le devient de plus en plus important à mesure que les frais de transaction augmentent.

C’est une question qui revient souvent depuis le fork d’Août 2017. Bitcoin Cash (symbole : BCH) est simplement une nouvelle version du Bitcoin qui s’est divisé en deux lors de l’été 2017 afin de tenter de résoudre les problèmes latents liés à la teille des blocs. Bitcoin Cash est simplement une continuation du projet Bitcoin permettant la confirmation de bloc plus volumineux et donc une croissance plus importante du Bitcoin.

SegWit2x est une nouvelle « fork » (un changement des protocoles, des règles dans la Blockchain du Bitcoin). SegWit2x changerait la taille des blocs qui sont intégrées à la blockchain. La taille pourrait varier entre 1MB et 2MB afin d’assurer une croissance saine de la Blockchain sans provoquer de hausse des frais de transaction.

La mise à jour de Novembre 2017 à 2MB est un hard fork.

Le Bitcoin est un système fluide et changeant. Si vous voulez suivre les évolutions et métamorphoses du Bitcoin, rendez-vous sur notre site pour décortiquer l’actualité.

Contactez-nous

Utilisez ce formulaire pour nous contacter, nous vous répondrons dans les 24 heures!

En cours d’envoi

©[2018] Cryptojournal.fr - Décryptage de la révolution Bitcoin, comment acheter du Bitcoin

Présentation de notre Equipe - Mentions légales - Avertissements sur les risques - Contactez l'équipe CryptoJournal.fr

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?