Tout sur les FORKS

Vous avez certainement déjà entendu parlé des termes « soft fork » et « hard fork », notamment si vous vous êtes intéressé au Bitcoin Cash.

Toutes les crypto-monnaies basées sur des Blockchains peuvent réaliser ce que l’on appelle des « forks ».

Qu’est-ce qu’un hard fork, quelle est la différence avec un soft fork et pourquoi ils rendent les investisseurs si anxieux ?

Avant toute chose, si vous n’êtes pas très familier avec les crypto-monnaies, nous vous recommandons chaudement de visiter notre guide sur la blockchain. La lecture de notre guide sur le débat entourant la taille des blocs peut également être une bonne idée afin de comprendre la suite.

Un hard fork est une modification des règles qui régissent une blockchain.

Il pourrait s’agir par exemple d’un changement de la taille limite des blocs pouvant être ajoutés à la Blockchain qui passerait de 1 Mo à 2 Mo. Dorénavant, les mineurs qui n’auront pas adopté le soft fork rejetteront les blocs dont la taille dépasse 1 Mo.

Donc si jamais une partie de la communauté ne souhaite pas changer la règle et que cette dernière est incompatible avec l’originale, il se passe alors un Hard fork.

C’est à dire que la Blockchain va être scindée en deux. Deux crypto-monnaies existent alors en parallèle. Dans le cas du fork entre le Bitcoin et le Bitcoin Cash par exemple, chaque propriétaire de Bitcoin a reçu la même quantité de BitcoinCash qu’ils avaient de Bitcoins. Cadeau…

Mais juste après le fork, une course s’engage entre les deux Blockchains. Aux utilisateurs et aux mineurs de faire leur choix en supportant la Blockchain qu’ils préfèrent. C’est à dire en réalisant plus de transactions avec l’une que l’autre ou bien en décidant de miner l’une ou l’autre.

C’est la Blockchain la plus populaire qui survit alors que l’autre, faute d’utilisateurs, verra la valeur du coin se déprécier et finira par ne valoir plus rien.

Donc faite très attention lorsque vous décidez d’investir sur telle ou telle fork car il y a de fortes chances qu’une seule d’entre elles triomphera sur le long terme…

Mais alors qu’est-ce donc qu’un « Soft » fork ?

On parle de soft fork lorsque les nouvelles règles ne sont pas incompatibles avec les anciennes.

Par exemple, si au lieu d’augmenter la taille des blocs, le fork consiste à la diminuer. En effet, en passant à des blocs de 0.5 Mo au lieu de 1 Mo, il est possible de valider dans l’ancienne Blockchain les blocs régis par les nouvelles règles puisqu’ils ne dépassent pas la limite.

Néanmoins, nous avons également la création d’une nouvelle Blockchain. Celle qui est supportée par les mineurs qui n’acceptent plus les anciens blocs car leur taille est supérieure à 0.5 Mo. Mais elle est temporaire.

Encore une fois, une course s’engage entre les deux Blockchains pour attirer le plus d’utilisateurs. La fork Blockchain peut finir par s’imposer en attirant plus de mineur et donc en ayant plus de chances de valider ses types de blocs. Il s’agit en général de la fork qui l’emporte si le changement de règles est largement acceptée car réellement novateur.

Dans ce cas, les mineurs de blocs régis par les anciennes règles devront se mettre à jour en appliquant les nouvelles règle du fork sans quoi il travailleront dans le vide du fait qu’ils sont en grande minorité.

Il n’y a donc pas créations de deux monnaies parallèles. Une nouvelle monnaie seulement en cas de hard fork, lorsque les nouveaux blocs sont totalement incompatibles avec les anciens.

Contactez-nous

Utilisez ce formulaire pour nous contacter, nous vous répondrons dans les 24 heures!

En cours d’envoi

©[2018] Cryptojournal.fr - Décryptage de la révolution Bitcoin, comment acheter du Bitcoin

Présentation de notre Equipe - Mentions légales - Avertissements sur les risques - Contactez l'équipe CryptoJournal.fr

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?